Tous les articles de la catégorie : International

sept01
ACTU-Europe1

Europe 1 : Emma Haziza : « Nous sommes prêts seulement par endroits » à gérer d’importantes inondations

«  Pour Emma Haziza, experte en gestion du risque inondations, la France, et en particulier le bassin méditerranéen, pourrait être frappée par un épisode climatique dont les conséquences seraient comparables à ce qui s’est passé aux États-Unis. »

INTERVIEW

Les inondations qui ont frappé le Texas après le passage de Harvey ont laissé de très nombreux sinistrés. La France pourrait-elle faire face à un événement de ce type ? La question se pose d’autant plus à l’approche de ‘l’épisode Cévenol’, une saison d’orages qui frappent habituellement le sud de la France au début de l’automne. « Quand on voit Draguignan, Xynthia, on a toujours le sentiment que ça arrive aux autres, que ça n’arrivera pas chez nous. Mais tous les territoires peuvent être frappés par des inondations majeures et, malheureusement, des dégâts importants », relève au micro d’Europe 1 Emma Haziza, experte en gestion du risque inondations.

« Une période extrêmement sensible » dans le sud de la France.  »Le territoire méditerranéen va rentrer d’ici la semaine prochaine dans une période extrêmement sensible, très vulnérable, de par ses infrastructures. On sait que la mer est chaude, on a tous les éléments dans la recette pour qu’il puisse y avoir des épisodes majeurs. Le problème avec les épisodes méditerranéens, c’est qu’ils sont stationnaires. On va avoir des cumuls très importants et, effectivement, ça peut être dévastateur », avertit cette spécialiste. « On va avoir un maximum d’occurrence les deux prochains mois, mais on peut retrouver des crues éclairs de ce type toute l’année. Draguignan, c’était au mois de juin », rappelle encore Emma Haziza.

Encore un important travail à faire sur la gestion des risques. Pour cette experte, l’épisode cévenol de cette année pourrait potentiellement s’avérer dangereux après un été marqué par les feux de forêt et les séquences caniculaires. « Il y a plusieurs facteurs aggravants : les incendies, les canicules répétées et le fait que la mer est très chaude, ce qui pourrait étendre cette période à risque », détaille-t-elle. « Est que l’on est prêt ? Oui par endroits, à d’autres il y a encore un important travail à faire. En France, on est très en amont sur la politique gestion des risques [...] mais ça prend du temps, des années, et ça dépend aussi de la politique locale », déplore Emma Haziza. »

Voir la vidéo !

Cliquez ici pour voir l’article

 

mar16
climat central europe inondation extreme article scientifique

Selon une dernière étude scientifique, l’Europe face aux inondations extrêmes deviendront la norme dans les années à venir !

Article d’Andrea Thompson, publié sur le site de Climate Central le 15/03/2017 :

« Europe Faces Annual Extreme Coastal Floods in Future

 The kind of extreme coastal flooding events that today hit parts of Europe roughly once every hundred years could happen annually by the end of the century as the climate continues to change, a new study suggests.

Such “rare catastrophic events, which most of us have not experienced, will become a part of most Europeans’ lives,” study leader Michalis Vousdoukas, a coastal oceanographer at the Joint Research Centre (JRC) of the European Commission, said in an email.

 The analysis, detailed in the journal Earth’s Future, is the first to take into account not only sea level rise due to warming temperatures, but also the impacts of climate change on storm surge and wave activity when estimating future flood risk. Those two factors have played a key role in the worst flooding disasters, and so are important to consider because “it’s always the extreme events that are important in terms of impacts, since they are explosive and unpredictable,” Vousdoukas said.

That seas are rising as the planet heats up is one of the clearest outcomes of climate change. Currently, seas are rising by about an inch per decade, though rates vary from region to region because of local land rise and subsidence. If greenhouse gas emissions aren’t curbed, global seas could rise by 10 inches to 2.5 feet, on average, by the end of the century, according to the most recent Intergovernmental Panel on Climate Change report.

Higher seas lead to more, and more severe, coastal flooding during storms, but to date most evaluations of that future threat have focused only on the sea level rise component, leaving out potential changes to tides, storm surge and wave energy, which cause most of the erosion and damage to houses and infrastructure seen during such storms.

RELATED   : Coastal Cities Could Flood Three Times a Week by 2045 -Rain, Storm Surge Combine to Put U.S. Coasts at Risk - Sinking Atlantic Coastline Meets Rapidly Rising Seas

One of the biggest such examples in recent European history are the 1953 North Sea floods, when high tides combined with an intense storm system to flood large swaths of the Netherlands and the United Kingdom, killing more than 2,500 and causing billions of dollars in damage.

Rolling all the factors together that contribute to such extreme floods is difficult and necessarily involves making certain assumptions and simplifications. But the authors think it can provide a clearer picture of the kind of future the region is up against and the kinds of investments needed to be made in coastal defenses, as well as what could be avoided by reducing the greenhouse gas emissions that are driving global warming.

The authors used observations of these different factors as well as climate models to estimate how each factor might change along the coastlines of Europe under different greenhouse gas emissions scenarios.

They found that while sea level rise drives the bulk of the flooding risk, the changes to storm surge and waves amp up that risk in certain areas, particularly the North Sea and along northern European coasts more generally.

By the end of the century, the level of a 100-year flood event could reach 2.5 feet higher than today on average around Europe’s coastlines if emissions continue unabated and could still reach nearly 2 feet higher even under moderate emissions reductions. In the North Sea region, they could reach 3 feet higher.

“Identifying these ‘hotspots’ is critical for local managers and should motivate more detailed regional/local analyses in order to make informed decisions on future adaptation needs,” Thomas Wahl, who studies coastal flood risks at the University of Central Florida, said in an email. Wahl was not involved with the new study.

The study also finds that a 1-in-100 year flooding event today could happen once a decade by mid-century and every few years to annually by the end of the century, depending on emissions levels.

Despite the inherent limitations of the analysis “it is an important step in the right direction and to date, the most comprehensive analysis of changes in coastal extreme sea levels under climate change for Europe,” Wahl said.

Vousdoukas and his colleagues are working on similar, global-scale analysis, which suggests such extreme flood hotspots will be found elsewhere. Large variations in such risks along the U.S. coast have already been hinted at in other studies, Wahl said.

In response to the catastrophic 1953 floods, the Dutch government constructed a massive flood protection system of dams, dykes, locks and levees to prevent history repeating itself. Vousdoukas and his colleagues hope that European, and other, governments will be able to use his work to start preparing for future risks before the flood of the future arrive.

“One of the important messages from our work is to highlight the potential future challenges for the European coastline,” he said. “Designing and implementing sufficient and socially fair adaptation/mitigation measures is a challenge and our societies should start preparing now.” »

© photo :  Richard Broome

Voir l’article :  http://www.climatecentral.org/news/europe-faces-annual-extreme-coastal-floods-in-future-21246

 


 

déc21
actu-poster

Mayane en partenariat avec l’université de Berkeley récompensés au colloque international Flood Risk

Lors du colloque international FLOOD risk, qui s’est tenu à Lyon, en octobre 2016, Mayane s’est associé avec l’Université de Berkeley et la firme d’ingénierie Arcadis pour proposer un poster scientifique. Ce poster visait à comparer les représentations cartographiques du risque inondation entre les Etats-Unis, l’Espagne et la France (PPRI par exemple). Le travail de recherche a été salué par les membres du comité scientifique en recevant le 2e prix parmi plus de 100 posters scientifiques. Ce travail sera poursuivi par la rédaction d’un article scientifique dans une revue internationale.

juil07
Actu Uqar

Mayane a été mandaté par le Ministère de la Sécurité Publique du Québec

Mayane a été mandaté par le Ministère de la Sécurité Publique du Québec, en association avec l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), pour développer une approche standardisée d’évaluation du risque inondation. Cette approche permettra de guider le processus d’accès au financement pour des projet de gestion du risque inondation. Ce travail s’inscrit dans le Cadre pour la Prévention des Sinistres (CPS), programme s’étalant de 2013 à 2020. L’intervention de Mayane permettra d’apporter la vision française de la gestion des inondations.

mai18
ACTU-RTL

RTL : 1,3 milliard de personnes menacées par les inondations en 2050

Une étude tire le signal d’alarme. Les villes et zones côtières sont très menacées.

La Facilité mondiale pour la prévention des risques de catastrophes et le relèvement (GFDRR en anglais), ramification de la Banque mondiale, a publié un rapport alarmant lundi 16 mai quant à l’avenir des personnes vivant dans les villes et les zones côtières. FranceTVinfo a relayé l’information : en 2050, les inondations menaceront 1,3 milliard de personnes sur toute la planète. En outre, des biens pour une valeur de 158 000 milliards de dollars seront en péril à cette échéance.

Selon John Roome, directeur principal du GFDRR, « les villes et les zones côtières sont terriblement mal préparées aux genres de risques climatiques et de catastrophes auxquels notre monde est désormais confronté ». La croissance démographique et les flux migratoires accroissent les risques. La Banque mondiale recommande aux villes de se doter d’infrastructures adaptées à ces menaces et de ne plus bâtir en zones inondables.

Paris n’est pas à l’abri

Lire la suite !

déc04
Cop 21

Infos COP21 : le coût lié aux catastrophes naturelles doublerait d’ici à 2040 en France

La Tribune – 03/12/15

« Après les manifestations de la société civile à Paris et l’arrivée des délégués nationaux au Bourget dimanche, la conférence internationale sur la lutte contre les changements climatiques s’est ouverte lundi matin. Quelque 150 chefs d’Etat et de gouvernement, venus du monde entier, étaient présents. Depuis mardi, les négociateurs sont à l’oeuvre…  »

Lire la suite

avr30
POSTER Friend

7ème conférence mondiale FRIEND Water 2014

PRISE EN COMPTE DU RISQUE RUISSELLEMENT DANS LES PCS

En collaboration avec le laboratoire HydroSciences Montpellier,  Mayane vient d’achever l’élaboration d’une Méthode innovante d’Analyse des risques liés au Ruissellement et à l’Endoréïsme (méthode MARE).  Elle s’appuie sur l’analyse de données cartographiques géographiques, topographiques ou géologiques pour aboutir à un zonage du risque lié à la production, au transfert et à l’accumulation du ruissellement. La confrontation des zones identifiées avec les connaissances et le vécu des acteurs locaux permet une meilleure prise en compte de l’aléa ruissellement trop souvent négligé dans l’identification du risque d’inondation.
Développée et testée sur plusieurs villes du sud de la France soumises à des précipitations extrêmes, cette démarche a été présentée sous forme de poster scientifique lors de la 7ème conférence mondiale FRIEND Water 2014 qui a eu lieu à Montpellier.

 

chercheurs et ingénieurs impliqués :

Valérie Borrell Estupina, Maître de conférences Université de Montpellier, HydroSciences Montpellier (Unité Mixte de Recherche 5569), valerie.borrell@um2.fr

Nicolas Bourgeois, Ingénieur Hydrologue, Mayane, nicolas.bourgeois@mayane.eu

Emma Haziza, Experte en gestion du risque inondation, Directrice de Mayane, emma.haziza@mayane.eu

POSTER

Exemple de résultats obtenus pour la commune de Reynes, Bassin versant du Tech, Pyrénnées-Orientales (66).

Borrell Estupina, V., N. Bourgeois, E. Haziza (2014). Optimisation de l’opérationnalité des PCS par l’intégration des secteurs exposés au ruissellement pluvial. Conférence internationale FRIEND-Water 2014, Montpellier, 7-10 Octobre 2014 (poster).